Venezuelan terrorists?

octobre 9, 2007

A guy has published in his blog an extract from an audio chat in which a group of people are planning the strategy for a new coup d’état against Chavez in Venezuela. Is this a joke?

bureaucratie.jpg

Il y a un peu plus d’un an que j’habite en France et par fois je me demande si je suis le seul à se sentir esclave de la bureaucratie. Pendant les deux dernières semaines, par exemple, j’ai gaspillé plus de huit heures de travaille pour ne faire qu’une seule démarche administrative. Ça signifie presque une heure perdue par jour ouvrable et je n’ai pas encore fini. Je crains que, entre les déplacements, les temps d’attente et tout le reste je vais encore perdre au moins trois heures la semaine prochaine, toujours dans la même démarche administrative.

De temps en temps on peut lire des rapports qui nous alertent des colossales pertes économiques dérivées de la pause-café ou bien de la pause-cigarette et des choses pareilles. J’aimerais bien savoir combien ça coûte à la France la pause-bureaucratie. J’aimerais comparer aussi le temps que les français gaspillent en faisant des démarches administratives par rapport au temps employé dans d’autres pays européens pour questions pareilles.

Aujourd’hui les hommes (et les femmes?) politiques parlent beaucoup de la nécessité de réduire de façon drastique le nombre des fonctionnaires publiques. Moi, par contre, je pense que le problème de l’administration publique en France est plus une question qualitative que quantitative. Une question, si vous voulez, de logistique, mais aussi d’attitude. Il faut, à mon avis, restructurer radicalement toute la structure administrative pour la mettre au service du citoyen, et pas a l’inverse, comme il arrive aujourd’hui. Il faut surtout éviter les pérégrinations inutiles des citoyens de bureau en bureau et de bâtiment en bâtiment.

Dans autres pays, on peut presque tout résoudre a travers du téléphone ou de l’internet et l’information est centralisée de façon qu’on n’a pas besoin de se déplacer tout le temps pour aller chercher des documents qui sont déjà en possession des différentes agences publiques.

Je parlait ci-dessus des attitudes. Oui, parce que parmi les choses les plus choquantes dans un pays comme la France, se trouve l’existence d’un ensemble de fonctionnaires publiques, tout a fait minoritaire mais pas du tout insignifiant, qui semblent fiers de sa incompétence et de sa manque de gentillesse (et ça, il faut l’avouer, étonne même aux gens venus de l’est de l’Europe et qui ont connu la proverbiale bureaucratie soviétique). Il y a même certaines qui semblent se réjouir du pouvoir ils ont de faire perdre aux gens son temps et, par fois, sa patiente. Cette dernier constatation est particulièrement juste par rapport aux fonctionnaires chez les universités (voir, les foires aux vanités).

A mon avis, on a besoin d’évaluer de façon continuelle la adéquation de chaque démarche administrative dans l’intention de l’optimiser. Pour atteindre c’est objectif, j’annexerais une petit questionnaire a chaque formulaire, ayant pour but ce de connaître le temps que le citoyen à dépense dans sa particulière démarche administrative et les difficultés qu’il a trouvé. D’ailleurs, j’ajouterais un deuxième questionnaire pour connaître le degré de satisfaction du citoyen par rapport au service rendu par le fonctionnaire et j’utiliserais les résultats de cette évaluation pour récompenser ces qui font bien son travail.

Ce genre de mesures pourrait éventuellement conduire, à moyen terme, à une réduction du nombre des fonctionnaires publiques. Ou peut-être pas, mais ils conduiraient certainement vers une société plus moderne, plus efficace et, vraisemblablement, plus heureuse.

La politesse chez LIDL

octobre 3, 2007

ref_lidl.gif

Il y a un magasin LIDL (Illkirch, rue de l’Industrie) pas loin de mon travail et, de temps en temps, question de ne pas perdre le temps dans la soirée, je profit pour aller acheter quelque petite chose à l’heure du déjeuner. Bon, après la scène surréaliste dont je viens d’être témoin, je devrais plutôt dire « je profitais ». D’abord, malgré le fait de que le magasin était presque vide, une queue d’une douzaine de étudiants bloquait la porte d’entrée. A la question de pour quoi restaient-ils là, ils m’ont répondu qu’ils attendaient l’autorisation pour entrer car ils n’étaient pas autorisés à entrer dans le magasin que dans des très petits groups. Pourtant ils m’ont indiqué que je pouvais entrer si je voulais. Je l’ai fait, mais seulement pour écouter les aboiements d’un vigile: « Je t’ai dit de rentrer? » Dans un certain état étonnamment je n’ai pas arrivé a dire que « Excuse-moi? » E lui: « Je t’ai dit que tu pouvais rentrer? ». Moi: « Non, monsieur ». Lui: « Donc, sors et attends dehors! ». Choqué je n’ai ajouté qu’un imprécis « au revoir » et je suis sorti (imprécis parce que, bien sur, que je n’avais pas la moindre l’intention d’y retourner jamais).

On n’est pas la France

octobre 2, 2007

pas_de_logement.jpg

 

on n’a pas de logement

on n’a pas de Nation

 

nous ne sommes pas lEspagne

TU N’AURAS JAMAIS UNE MAISON

CRIE POUR TON LOGEMENT

6 Octobre